La vie secrète de nos plages et forêts

Derrière chaque grand espace du Pays de Saint Jean de Monts se cachent de petites histoires naturelles. Souvent invisibles, toujours discrètes, elles nous racontent un paysage en constant changement à la beauté et à l’équilibre fragiles. Envie de les préserver ? Ouvrez les yeux, tendez l’oreille et plongez dans la vie secrète de nos plages et forêts.

Secrets d’écume

Nul besoin de chercher dans les profondeurs de l’océan pour observer son univers passionnant. Le littoral réserve souvent au spectateur attentif son lot de curieux tableaux. 

La laisse de mer

Comme son nom l’indique, la laisse de mer est constituée des débris laissés par l’océan à marée basse et accumulés sur le sable. Parmi eux des déchets d’origine naturelle (algues, bois, os de seiche, carcasses de crabes… ) mais aussi humaine (bouteilles en plastique, cannettes, mégots, filets de pêche…). Le nettoyage mécanique du littoral ramasse sans distinction les deux. En voulant effacer la pollution des hommes, il prive également la plage d’un précieux écosystème

C’est pourquoi le Pays de Saint Jean de Monts s’engage à un nettoyage raisonné de ses plages et à un ramassage manuel des déchets sur les sites à fort enjeu biologique. Car la laisse est un petit monde à elle seule. Véritable hôtel de la mer, elle abrite puces de mer, crabes et œufs de raies mais accueille aussi le nid de certains oiseaux, tels que le gravelot à collier interrompu. L’hospitalité vendéenne !

Gravelot(c)ONF Paul Tourneur

Le gravelot à collier interrompu

Poids plume de l’océan, le gravelot à collier interrompu est comme chez lui sur la plage de la Grande Côte à la Barre de Monts-Fromentine. Et pour cause ! Au cœur d’une zone Natura 2000, la destination est l’une des premières à chouchouter son espèce sur la façade Atlantique, avec plus de 40 couples en reproduction.

Secrets de dune

À l’ombre des dunes, la vie privée de la plage bat également son plein. De bouquets sauvages en discrets bâtisseurs, la nature n’a pas dit son dernier mot.

Flore de la dune : notre top 6 à dénicher (sans les cueillir)

  • 🌾 Les oyats et leurs racines capables de structurer et fixer la dune, préservant ainsi naturellement la plage. La super-graminée du littoral ! 
  • 🌼  L’immortelle et son parfum de curry qui flatte immédiatement les sens. À l’instar de l’oyat, sa vaste ramification contribue au soutien du bourrelet dunaire.
  • 🌱 L’euphorbe peplis, plante rampante reconnaissable à ses tiges rouges 
  • 🌵  Le panicaut maritime, joli nom pour désigner les chardons 
  • 🌸  Les œillets des dunes et leurs douces gammes pastel
  • 🌱 Les cynoglosses, ou “langues de chiens”, et leur toucher duveteux si particulier

Sea, sel and sun

La vie d’une plante dunaire n’est pas toute rose. Entre la forte salinité, les coups de vent, l’impact des grains de sable et la sécheresse estivale, mieux vaut s’acclimater rapidement. Littoral, ton univers impitoyable !

Lapin de Garenne (c) ONF C.Baudran

Le Lapin de Garenne : le Jean Nouvel de la dune

Architecte furtif, le Lapin de Garenne est un précieux allié de la plage et de son écosystème. Son broutage régulier des arbres et arbrisseaux régule l’enfrichement de la dune, tandis que son terrier une fois abandonné permet à de nouvelles espèces de trouver refuge.

Secrets d’écorce

Story time : la forêt du Pays de Monts

Plantée à l’origine par les hommes pour protéger des dérives de la dune, la forêt du Pays de Monts offre désormais ses 25 kilomètres de pure nature aux visiteurs. Il aura fallu avant cela l’ensevelissement de l’Église de Notre Dame des Monts sous le sable (1741), plusieurs décrets (1810), le concert de l’ONF et l’intégration de chênes verts après la Seconde Guerre mondiale pour obtenir l’espace naturel que nous connaissons aujourd’hui.

Retourner à l’essentiel

Le secret de la forêt réside aussi dans ses différentes essences, dont ses deux principales : le pin maritime et le chêne vert. Avec un peu d’entraînement et de patience, vous devriez bientôt identifier le pin laricio et ses mini pommes de pin, le troène et l’arbousier ou encore le robinier, plus connu sous le nom de “faux acacia”. Ce qui est vrai en revanche, c’est le plaisir de flâner sous leurs branches…

Compagnons de route

Quelques acteurs de la forêt que vous pourriez être amené à rencontrer : 

  • 🐿  L’écureuil, on repère son passage à sa façon de grignoter les pommes de pin
  • 🦌  Le chevreuil
  • 🐗  Le sanglier, toujours partant pour une tournée de glands 
  • 🕊 Le héron, notamment présent aux abords de la héronnière de Notre Dame de Monts

Le royaume des grenouilles

Enfin, la forêt domaniale du Pays de Saint Jean de Monts ne compte pas moins de 140 mares temporaires ou permanentes. À l’image des laisses de mer, elles forment un précieux écosystème à la biodiversité importante. Pas de princesses en vue, mais de nombreuses libellules et quelque 10 espèces d’amphibiens se partagent ainsi le royaume des étangs. Un délicat spectacle à observer lors de votre prochaine randonnée.

(c)ONF_Anemomorphose3

Le saviez-vous ?

Entre océan et forêt, le chemin dunaire vous fera sûrement croiser d’étranges cyprès à la silhouette tordue, presque dansante. Le coupable : l’anémomorphose, un phénomène que l’on peut traduire par “déformation sous l’effet du vent”. En effet, les arbres de cette zone sont soumis à de forts vents dominants qui vont jusqu’à modifier leur structure.

Téléchargez le guide !